Skip to main content

LCM Design : une prestation sur-mesure et de qualité


Créateur de mobilier bois et d’agencements, l’entreprise LCM Design, située près de Colmar, se distingue notamment par sa réactivité et son savoir-faire. Des qualités qu’elle a su développer en s’appuyant sur une équipe impliquée, ainsi qu’un équipement adapté, avec depuis peu un nouveau centre d’usinage acquis auprès du constructeur allemand Homag.

C’est en 2012 que Yann Le Cornec fonde LCM Design, lui-même étant issu de la voie de l’apprentissage. Suite à son examen, il a accompli son tour de France en tant que Compagnon, pur finalement s’établir en Alsace. « J’ai décidé de reprendre mes études pour obtenir une maîtrise, et j’ai ensuite décidé de me lancer dans la création d’entreprise : j’ai senti en effet, que c’était le moment de tout donner ! », explique le jeune créateur.


LCM Design intervient sur toute l’Alsace, et jusqu’en Suisse.

« D’objets techniques aux éléments de décoration les plus divers, nous réalisons toujours la conception en fonction des contraintes esthétiques et ergonomiques de l’espace sur lequel s’inscrit le projet », explique Yann Le Cornec. LCM Design est donc spécialiste de la transformation du bois en Alsace et propose son expérience pour tous types de projets : « Nous intervenons principalement dans l’agencement intérieur de la maison (dressing, meubles personnalisés, bureaux, meubles de salle de bain, placards ou bibliothèques). Au-delà de la conception et de l’implantation du projet, le sur-mesure pour LCM Design signifie « à vos mesures ». Il s’agit d’écouter, stimuler, transposer mais toujours respecter la personnalité et les goûts des clients. C’est la clé d’un projet réussi », estime Yann Le Cornec.


L’entreprise, comme il le souligne en outre, a bénéficié d’une « reconnaissance progressive »

« Nous avons opté pour un positionnement haut de gamme, en d’autres termes nous avons opté pour la difficulté, mais cela réduit d’emblée la concurrence, car les autres entreprises œuvrant sur le même segment se doivent d’être équipés. Quant à nous, nous savons notamment nous distinguer grâce à notre réactivité et notre savoir-faire », précise Yann Le Cornec. A titre d’exemple, son entreprise a récemment réalisé le spa d’un hôtel, mettant en œuvre toute son expérience et son ingéniosité : « Nous avons travaillé sur ce projet avec notre architecte partenaire. Les investissements prévus ont pris leur sens, grâce à un savoir-faire éprouvé consistant à éviter les pièges que nous connaissions déjà », explique Yann Le Cornec : « Nous avons mis en œuvre des fixations invisibles, des tiges filetées, des matériaux imputrescibles, le chantier regroupant des corps de métiers divers, qui chacun ont su apporter une contribution pertinente ».

La clientèle de LCM Design regroupe aujourd’hui, outre un public de particuliers qui représente 60 % de celle-ci, 40 % environ de professionnels parmi lesquels figurent notamment des professions libérales, ou des comptoirs de meubles pour professionnels, l’agenceur réalisant à l’heure actuelle un chiffre d’affaires de quelque 400 000 euros. Quant aux approvisionnements, ils dépendent des projets, mais Yann Le Cornec précise qu’il privilégie « des fournisseurs locaux, avec un interlocuteur précis, de même qu’il est important pour moi d’offrir à mes clients la possibilité d’un interlocuteur unique ».

Une gestion de la taille à la pose

LCM Design consiste actuellement en une équipe de 5 personnes en tout : « Un atout de notre entreprise réside dans le fait qu’elle bénéficie de salariés attentifs et consciencieux », souligne Yann Le Cornec, qui est en charge du bureau d’études : « Chaque salarié prend en charge la totalité d’un projet, de la taille à la pose. Le client », poursuit-il, « amène l’idée globale du projet qu’il souhaite réaliser, et nous nous chargeons ensuite de faire des propositions en fonction des contraintes, sachant que le rapport humain est pour nous primordial. L’architecte qui est notre partenaire régulier ne travaille pas en prenant le moins disant : la logique est bien plutôt pour lui de fédérer une équipe sur laquelle il peut compter ».

Equipements

En plus d’un parc de machines traditionnelles incluant dégauchisseuse, raboteuse, et mortaiseuse, l’agenceur a récemment acquis un centre d’usinage de chez Homag, le Centateq P-110 : « Le numérique, aujourd’hui, n’est plus un luxe. Bien qu’il s’agisse d’un investissement conséquent, il s’agit d’une valeur accessible, si l’on met cette acquisition en regard des salaires et des charges », estime Yann Le Cornec. « Nous avons tout d’abord travaillé, pendant 5 ans, avec un centre d’usinage numérique à commandes verticales BHX 055, ce qui nous a permis d’engranger une certaine expérience, que nous avons en l’occurrence été en mesure d’exploiter relativement à ce nouveau centre d’usinage, étant donné que nous avions développé des programmes compatibles avec ce nouvel équipement. Le nouveau centre d’usinage a permis d’absorber des tâches auparavant réparties sur d’autres machines, nous permettant d’optimiser la sécurité et la précision de coupe, et garantissant une qualité constante, le tout donnant accès à des réalisations plus ambitieuses ».
Concernant sa perception de la situation actuelle, sur laquelle pèse la pandémie en cours, Yann le Cornec estime que « malgré un coup d’arrêt, dont on risque encore de ressentir les effets à plus long terme, l’activité s’est pour l’heure à peu près lissée, et l’année commence plutôt bien. Un aspect positif est que cette situation nous a conforté dans notre décision d’investir ». L’entreprise poursuit actuellement son développement, avec l’ouverture prévue, prochainement, d’un magasin sur Strasbourg.

Stéphane Jardin

Voir l’article complet

Source : Le Bois International, édition du 20 février 2021