Skip to main content

Concours du Meilleur Apprenti de France

Article DNA "léo prépare son MAF"

Léo prépare son chef-d’œuvre

Léo Schmid n’a que 16 ans, mais sait parfaitement ce qu’il veut. Il souhaite être menuisier et faire partie des compagnons du devoir. Mais, avant cela, il espère bien devenir meilleur apprenti de France.

Son chef-d’œuvre repose sur une longue table de l’atelier de LCM Design , à Ostheim. Les pièces de bois imbriquées les unes dans les autres sont l’ébauche d’un portillon de jardin. Un vrai, grandeur nature. Ce battant mesure 72 cm sur 84 et se compose de plusieurs couches de bois d’essences diverses. L’épreuve exige qu’il comprenne au moins trois bois différents.

« Cela nécessite beaucoup d’usinage. Il y a du chêne, du sapelli, un bois d’Afrique rouge foncé et ce bois blanc, c’est du frêne ». Léo consacre une partie de son temps libre à ce travail méticuleux les vendredis après-midi, les samedis « et parfois une demi-heure le soir ». Avant de passer au travail de menuiserie, l’apprenti a tracé les plans de son portillon. « On me conseille beaucoup ».

Le jeune homme présentera sa réalisation au concours Un des meilleurs apprentis de France. « J’ai décidé de passer le concours parce que je voulais découvrir de nouvelles choses et approfondir mes connaissances ». La sélection départementale aura lieu entre le 1er mars et le 13 avril, suivie par les épreuves régionale et nationale. En juin, il passera son CAP. Et dès septembre, il compte entamer son tour de France des compagnons. « Une fois que cette pièce sera terminée, elle sera examinée par les compagnons du devoir et pourra ou non m’accompagner lors du tour de France ». Il est plein d’enthousiasme à l’idée de découvrir d’autres régions. « Le tour dure en général trois ou quatre ans et on change de ville tous les six mois. J’aimerais commencer en France et, pourquoi pas, aller à l’étranger ».

Chez LCM Design, il participe à des travaux d’agencement de meubles de salles de bain, de dressings, de cuisines. Il a choisi la menuiserie il y a un an et demi. « Je me souviens de mon père et de mon oncle en train de construire une cabane. Et de la pose de la cuisine, ça m’a marqué ». Originaire de Bréchaumont, dans le Sundgau, il suit ses cours au centre de formation des apprentis des compagnons du devoir, à Strasbourg. « C’est par l’entremise des compagnons que je suis ici ».

Son patron, Yann Le Cornec, a également passé le concours du meilleur apprenti de France. C’était en 2004 et il a obtenu une médaille de bronze. Lui aussi est parti sur les routes comme compagnon.

Voir l’article complet

Source Les DNA, édition de Colmar et sa région

Découvrir la vidéo réalisée par les DNA ici.